!css

Les gestionnaires d'actifs concentrent leur attention sur l'ensemble de leur chaîne de valeur

05/05/2020

Les entreprises buy-side ayant de fortes ambitions de croissance sont confrontées à de nombreux défis. L'évolution constante de la réglementation, la digitalisation, la pression des coûts ainsi qu’un environnement de marché difficile et hautement concurrentiel n'en sont que quelques exemples.

Ces contraintes grandissantes mobilisent de précieuses ressources, qu'elles soient temporelles, humaines ou financières. Afin d’en rationaliser l’utilisation et de les (ré)affecter stratégiquement, les professionnels de l'investissement doivent repenser leur modèle de fonctionnement s'ils veulent se concentrer sur ce qui compte vraiment : investir et générer de la performance financière. Pour y parvenir, l'externalisation de leurs activités hors cœur de métier à des prestataires de services spécialisés peut être une stratégie gagnante.

Ouvrir le champ des possibles

La nécessité pour les gestionnaires d'actifs de se concentrer sur l'investissement et d'optimiser leurs processus opérationnels a entraîné une déconstruction de la chaîne de valeur, chacun de ses maillons constituant une potentielle opportunité d'externalisation.

Comme le mentionne Yoan Chazal dans son article (p16 de l'Outsourcing Magazine), les activités de back et de middle office sont externalisées avec succès par de nombreux asset managers depuis maintenant plusieurs années, et de nouvelles possibilités émergent, notamment concernant le front office et certaines des tâches traditionnelles des gestionnaires de portefeuille. Ces nouvelles capacités d'externalisation, et celles qui sont susceptibles d'apparaître, offrent aux gestionnaires d'actifs des possibilités supplémentaires de se concentrer sur leur cœur de métier en déléguant les tâches à moindre valeur ajoutée à des prestataires de services extérieurs. Après tout, élaborer des stratégies d'investissement efficaces et génératrices d’alpha demeure un facteur clés de différenciation dans un environnement hautement concurrentiel.

Toutefois, faire appel à des « sous-traitants » spécifiques pour chaque maillon identifié de la chaîne opérationnelle peut constituer un obstacle à la décision d'externalisation, puisque l'élargissement du champ d'activités peut rendre les opérations de pilotage plus complexes. Du fait de la diversité d’interlocuteurs et de la nécessité de piloter chaque relation, la gestion quotidienne peut facilement devenir un fardeau. La concentration des services externalisés autour d'un seul fournisseur pourrait donc être la solution, avec un point d'entrée unique quelle que soit la demande.

L’architecture ouverte : une des clés d’une externalisation réussie

Il est fréquent que les gestionnaires d'actifs mettent en place des processus spécifiques pour leurs clients les plus importants, qui sont parfois susceptibles d'imposer leurs dépositaires et administrateurs de fonds. Ils doivent donc rester flexibles, s'ils veulent saisir les opportunités commerciales à mesure qu’elles se présentent. Par conséquent, s'ils choisissent d'externaliser tout ou partie de leur chaîne d'exploitation front-to-back, ils doivent s'assurer que leur prestataire de services est aussi flexible qu'eux-mêmes se doivent de l’être.

Dans la sphère financière, l'architecture ouverte définit la capacité d'une institution à offrir à ses clients des produits et des services tant propriétaires qu'externes. L'architecture ouverte garantit donc qu'un client peut satisfaire l’ensemble de ses besoins et que l'institution peut agir au mieux des intérêts de chaque client. Si l’on considère l'externalisation front-to-back et la flexibilité dont les asset managers doivent impérativement faire preuve, l'architecture ouverte est donc un critère fondammental pour un professionnel de l'investissement lors de la sélection d'un sous-traitant potentiel ; en particulier lorsque les clients ont des exigences spécifiques telles que le dépositaire ou l'administrateur de fonds de leur choix.

CROSSWISE : simplifier la complexité

En tant que banque et asset servicer international majeur, le groupe Société Générale est parfaitement conscient des préoccupations des investisseurs professionnels. Dans cette optique, des synergies ont été établies entre ses différentes business units pour aider les sociétés buy-side à relever les défis auxquels elles sont confrontées.

CrossWise est le résultat de ce processus. Il s'agit d'une solution modulaire d'externalisation front-to-back centralisée (one-stop-shop), qui combine un système de gestion de portefeuille de pointe (SimCorp Dimension) avec le soutien total des équipes de middle et de back-office de SGSS. SGSS fonctionne en architecture ouverte et a noué des liens avec tous les principaux acteurs du secteur de l'investissement pour garantir une flexibilité optimale. En tant que prestataire de services, SGSS a ainsi la capacité d'intervenir tout au long de la chaîne de valeur afin de fournir un point d'entrée unique et de permettre la mise en œuvre d'un plan d'externalisation modulable, dans la mesure où les modules complémentaires de CrossWise (front office, négociation & exécution, middle et back office) peuvent être souscrits séparément ou comme un tout.

La table de négociation externalisée de CrossWise (I-DEAL) en est un bon exemple. Elle permet aux gestionnaires d'actifs d'accéder à plus de 90 courtiers et contreparties, parmi lesquels ils sont libres de choisir et auxquels ils peuvent déléguer ou non l'exécution en fonction de la classe d'actifs concernée. En outre, le partenariat de SGSS avec SimCorp garantit l'accès à des outils digitaux de front et middle-office intégrés dont les fonctionnalités techniques et réglementaires sont constamment mises à jour. Avec l'aide de SGSS, les gestionnaires d'actifs de toutes tailles peuvent désormais tirer parti de ces puissants outils.

 

Léonard OLLIER
Head of  Business Development for Asset Managers - SGSS

Léonard a débuté sa carrière professionnelle dans un GCM parisien (Global Clearing Member) en tant que responsable des opérations et du pilotage des relations avec les clients. Après 10 ans d'expérience dans le conseil au sein de SBT Human(s) Matter, Léonard Ollier a rejoint SGSS en 2015. Il est aujourd'hui en charge du développement de solutions commerciales pour les gestionnaires d'actifs. Léonard est diplômé de l'ESCEM, école supérieure de commerce et de gestion.


Vous avez aimé cet article ?
+1
0