Le phénomène des NFT

23/11/2021

Avec plus de 12 ans d’âge, la blockchain devient une technologie qui s’impose et gagne en maturité. Elle a permis de faire émerger un nombre important d’initiatives et de nouveaux acteurs qui ont amené les institutions financières à se questionner. 2021 a été propice au développement des « Non Fungible Token » (NFT), jetons non fongibles en français. Les cas d’usages sont désormais nombreux et variés et pas un jour ne s’écoule sans que le terme n’apparaisse dans la presse.

Tout a débuté en 2017, avec la création des CryptoKitties, ces chats virtuels à acheter, vendre à collectionner sur une blockchain. Mais la vraie accélération, c’est maintenant.

Qu’est qu’un NFT ? Quels sont les cas d’usages ?

Un NFT est un certificat numérique enregistré dans un registre de blockchain, principalement Ethereum via des nouveaux protocoles (« ERC 721 »), ou les blockchains Flow ou Tezos. En clair, il s’agit d’un titre de propriété d’actifs digitaux non interchangeable. Chaque NFT est unique et non sécable, a contrario du Bitcoin ou encore des billets de banque (on peut en effet échanger un billet de 50 euros contre 5 billets de 10 euros). L’inscription définitive d’un NFT au sein d’une blockchain garantit son authenticité et sa traçabilité. Détenir un NFT, c’est détenir officiellement une emprunte numérique. On peut, par exemple, devenir propriétaire du premier tweet rédigé par le fondateur de Twitter Jack Dorsey (vendu à 2,9 millions de dollars), d’une œuvre d’art digitale, d’un morceau de musique, etc.

Un certain nombre de plateformes transactionnelles ont vu le jour sur différents segments comme le sport (NBA Top shot, Sorare, F1 Delta time), la gamification (Cryptomotors), l’art (Superare, cryptopunks), le monde virtuel fictif Métavers, la musique…

La création de la rareté et l’authenticité sont les propositions de valeur unique des NFT. Elles sont l’origines de leur engouement. Le graphique ci-dessous présente le nombre de transactions réalisées sur le marché de façon hebdomadaire.

graphic NFT

Source du graphique1

Selon les données de d’AppRadar2 (site internet analytique), la plateforme transactionnelle OpenSea rassemble actuellement plus de 200 000 utilisateurs qui ont fait transiter 4 milliards de dollars en une semaine début septembre 2021. Opensea entre désormais dans le monde des licornes, avec une valorisation à 1,5 milliard3 suite à la récente levée de fonds de 100 millions de dollars. Impressionnant, pour une entreprise qui a vu le jour il y a seulement 3 ans.  

NFT et stratégie

Ce secteur, riche en innovations, a vu naître un nombre important d’acteurs. De nombreux secteurs comme mentionnés ci-dessus ont profité de cette technologie pour se réinventer. Le e-sport, le gaming ou même l’art sont désormais entrés dans l’ère du digital grâce à la technologie blockchain.

Il est encore tôt pour voir les implications du secteur financier dans ce domaine mais les banques ont déjà réalisé des études sur le sujet et certaines d’entre elles prennent les devants en investissant sur des plateformes. Visa, le géant du monde des paiements est rentré sur le marché via l’acquisition de CryptoPunks, l’un des premiers jetons non fongibles sur la blockchain Ethereum, pour une valeur de 150.000 dollars. Quant à Alibaba, plateforme chinoise de paiement et de vente en ligne, elle a lancé une nouvelle place de marché permettant aux détenteurs de marques de vendre des NFT représentant des licences d’utilisation et des droits d'auteur.

A l’avenir, le secteur financier pourra-t-il accompagner ses clients dans la digitalisation et la conservation de leurs biens ? Pourrait-il assurer un marché secondaire pour ce type d’actifs ? La banque jouerait alors son rôle de coffre-fort mais numérique, cette fois. Des fonds d’investissements alternatifs ont déjà investi ce terrain.

Sur le sujet, les pages du livre sont à écrire mais force est de constater que concernant les NFT comme la finance décentralisée, le manque de règlementation est un obstacle pour envisager le développement actif du secteur financier dans ce domaine. Dans cette attente, les banques sont à l’écoute des innovations et de leurs évolutions de façon à devenir acteur lorsque les régulateurs donneront leurs lignes directrices.

Article publié dans AGEFI Luxembourg en Septembre 2021.

Vous avez aimé cet article ?
+1