!css

Les données de marché : l’émergence d’un métier de spécialistes

24/10/2019

L’augmentation significative des besoins en données de marché ces dix dernières années impose désormais aux acteurs du secteur financier une plus grande maîtrise de leurs besoins et des contraintes fournisseurs en matière de distribution et de droits d’usage pour optimiser leurs coûts.

Que recouvrent véritablement les termes « données de marché » ?

Les données de marché, couramment appelées « market data » (leur dénomination anglaise) par les experts eux-mêmes, ont des définitions souvent très différentes d’un établissement financier à l’autre. Alors, que signifie ce terme ? 

Les données de marché :

  • Désignent l'ensemble des données relatives aux tiers attachés aux valeurs (émetteurs, garants…) et aux instruments financiers (caractéristiques, prix, opérations sur titres …) en provenance des marchés, des émetteurs et des entreprises ;
  • Sont utilisées dans tous les processus bancaires du « pre-trade » jusqu’à la comptabilité « front-to-back », tout au long du cycle de gestion, allant de la prise de décision à la gestion des risques en passant par le reporting et bien sûr la valorisation des portefeuilles financiers, peuvent être de différents types et concerner aussi bien des données de pricing telles que le cours d’un titre listé ou OTC, la fourchette bid/ask, un prix calculé, une sensibilité, une courbe de taux, que des caractéristiques d’un titre telles que l’émetteur, le rating ou la codification. Elles peuvent aussi constituer des opérations sur titre telles que le détachement d’un dividende, la date d’un prochain coupon, etc ;
  • Outre leur type, les données se caractérisent également par leur fréquence de rafraîchissement : journalier, hebdomadaire ou mensuel.

Les données de marché sont centrales et indispensables pour le fonctionnement de tous les processus financiers.

Une explosion de la quantité de données de marché à exploiter, une exigence accrue en termes de qualité

On constate une hausse spectaculaire de l’utilisation des données de marché ces dernières années. Amorcé dans les années 1980 avec la financiarisation de l’économie et la titrisation de certains produits financiers, le mouvement s’est accru après la crise financière de 2008.

En effet, la crise a eu pour conséquence l’émergence et la mise en application de nombreuses réglementations, nationales ou européennes, destinées à protéger les investisseurs finaux en établissant de nouvelles obligations pour les acteurs de la finance, en particulier les assureurs, les gestionnaires d’actifs et les banques.
Ces réglementations ont notamment imposé l’envoi aux autorités de supervision d’un certain nombre de reportings sur les portefeuilles financiers détenus, impliquant de renseigner un nombre croissant de données financières. Parmi les directives à l’origine de ces reportings figurent AIFMD1, UCITS2, Fatca3, Solvabilité II4 ou, plus récemment, MIFID II5.
Au-delà de la réglementation, l’explosion du besoin autour des données de marché tient à la complexification des instruments financiers ces dernières années. A titre illustratif, le « pricing » de certains contrats impose de faire appel à l’expertise d’ingénieurs financiers qui procèdent à des calculs complexes sur la base de modèles mathématiques, nécessitant de multiples données de marché.
Utilisées dans la quasi-totalité des outils d’aide à la décision, ces données doivent répondre à des niveaux d’exigence élevés (qualité, disponibilité, latence, …) et faire l’objet de procédures de contrôle très strictes.
Forts de ces besoins accrus en matière de données de marché, les acteurs du secteur financier font face à la nécessité de renforcer leurs connaissances, afin de s’assurer que les données répondent à l’ensemble des critères de conformité et de qualité imposés par les demandeurs, les fournisseurs et les régulateurs.

Un petit nombre de fournisseurs tiennent le marché

Dans ce contexte, les établissements financiers doivent sélectionner les meilleurs fournisseurs. Le ticket d’entrée pour se prévaloir fournisseur de données est contraignant, et peu d’acteurs peuvent déployer les moyens d’infrastructure, de connectivité et de contrôle nécessaires à l’exercice de cette activité. Le marché des fournisseurs de données de marché est donc concentré et s’articule autour de trois pôles.

  1. Le premier pôle est constitué des acteurs historiques, généralistes, tels que les sociétés Bloomberg, Refinitive (ex Thomson Reuters), Six Financial, ICE …dotés de gros moyens d’investissement pour collecter, distribuer et contrôler l’usage des données. Les marges de négociation des établissements financiers vis-à-vis de ces acteurs sont limitées, du fait principalement du rapport de force, la majorité des établissements financiers ne représentant qu’un pourcentage faible de leur chiffre d’affaires ;
  2. Le second pôle est constitué de spécialistes d’indice et de rating. La situation de concentration est exacerbée chez les fournisseurs de ratings dont le marché s’articule autour de quelques acteurs principaux (S&P, Moody’s, Fitch, FTSE, MSCI) qui détiennent 93% du marché mondial en 20176. Sur ce type de données encore, les marges de négociation sont limitées ;
  3. Le dernier pôle est constitué d’acteurs positionnés sur des marchés de niche. Citons à titre illustratif les sociétés IHS Markit, Advantage Data, ou encore Value & Risk.

Chaque fournisseur de données de marché fonctionne de façon différente au regard des droits relatifs à la distribution de leurs données, aux modalités d’interrogation de leurs données (à l’unité ou groupé par nature de données – on parle de « Bulk ») et aux modalités de facturation, pour ne citer que les principaux critères qui régissent les contrats et permettent la sélection des prestataires.
Le monde des données évolue rapidement et les modèles des fournisseurs (facturation, modalités de distribution) se réinventent de façon régulière, avec des coûts en augmentation constante voire exponentiels. Dans ce marché concentré et contraignant, avec des marges de manœuvre limitées, il est donc nécessaire de bien connaître le mode de fonctionnement des fournisseurs pour pouvoir optimiser l’utilisation des données de marché, au meilleur coût.
Ainsi, au-delà de la connaissance des données de marché, il est aujourd’hui clé de connaître les fournisseurs de données de marché et leurs modes de fonctionnement, pour optimiser l’utilisation des données qu’ils proposent, au plus près des besoins bancaires des acteurs du secteur financier.

De nouveaux domaines d’expertise et de nouveaux métiers d’expertise émergent

Les établissements financiers se sont organisés pour renforcer l’expertise « données de marché » au sein de leurs structures, afin de pouvoir :

  1. Répondre aux besoins internes de façon appropriée – tous les besoins bancaires, même s’ils utilisent des données identiques, n’ont pas les mêmes exigences – ; et
  2. Optimiser les coûts exponentiels de leurs fournisseurs.

Les domaines d’expertise requis pour bien appréhender le sujet recouvrent plusieurs dimensions :

  • La connaissance des marchés, les activités de veille sur les acteurs, les nouveaux produits financiers ainsi que les projets réglementaires ;
  • La connaissance des évolutions technologiques propres à l’alimentation des référentiels et des processus afférents afin de choisir les outils les plus robustes pour gérer la volumétrie des données, leur traitement et leur contrôle mais aussi pour sélectionner ceux à même de pouvoir gérer du multi-fournisseur et de pouvoir les intervertir au besoin ;
  • Les compétences juridiques pour être en mesure de peser dans les négociations avec les fournisseurs ;
  • Les connaissances des modèles de facturation des fournisseurs, de leur couverture et des possibilités d’utilisation de leurs données pour répondre aux attentes métier au meilleur coût ;
  • Enfin, l’expertise commerciale, pour pouvoir répondre aux besoins grandissants des clients pour externaliser la gestion de leurs données financières.

C’est ainsi que l’on peut constater au sein des établissements financiers l’émergence de nouveaux métiers d’experts :

  • Data Manager
  • Spécialiste des achats des données de marchés
  • Juriste dédié à ces activités
  • Expert des métiers de données de marché.

Ainsi, plus que jamais l’expertise autour des données de marché est clé. Elle permet via une gestion optimisée de réaliser des économies substantielles dans des industries financières en pleine transformation.

Dans ce contexte, Société Générale Securities Services a développé depuis plus de dix ans une expertise en données de marché, sur tous les pays où nous sommes implantés. Notre taille critique et nos outils robustes à même de gérer des fournisseurs multiples nous permettent de proposer des services à valeur ajoutée à nos clients gérants d’actifs, institutionnels et assureurs, tels que la production de reportings post marché (Solvency II, AIFMD…), ou encore la gestion de référentiels de données de marché pour compte de tiers.

 

1 AIFMD: Alternative Investment Fund Managers Directive
2 UCITS: Undertakings for Collective Investment in Transferable Securities Directive
3 FATCA: Foreign Account Tax Compliance Act
4 Solvency II: directive 2009/138/EC
5 MIFID II: Markets in Financial Instruments Directive
6 Source: Article from Les Echos January 2017
Muriel Manchet Director of operation market data Societe Generale Securities Services
Vous avez aimé cet article ?
+1
0