Redonner espoir aux clients en période d’adversité

09/09/2021

Dans un contexte de volatilité et de performances difficiles, les acteurs du marché recherchent de nouvelles sources d’alpha tout en essayant d’optimiser leurs coûts d’exploitation. S’exprimant lors de la conférence annuelle virtuelle The Network Forum qui s’est tenue cette année du 29 juin au 1er juillet, des experts de Société Générale Securities Services (SGSS) ont décrit la façon dont la banque accompagne ses clients institutionnels dans cette période délicate.

Les nouvelles classes d'actifs ne cessent de gagner du terrain

Le paysage actuel de l’investissement est particulièrement compliqué, la faiblesse des taux d’intérêt associée à la survalorisation des actions incitant les établissements à examiner la viabilité de nouvelles classes d’actifs, dont les actifs numériques adossés à la technologie DLT (distributed ledger technology). Il s’agit notamment des CBDCs (Central Bank Digital Currencies), à savoir la monnaie numérique émise par les banques centrales, dont beaucoup prévoient qu’elle sera utilisée pour faciliter les paiements et les règlements. Outre les CBDC, les experts estiment que la tokenisation – ou fractionnement - des actifs cotés (actions, obligations, dérivés, par exemple), des marchés privés (private equity) et des actifs réels (immobilier) va également s’accélérer. Cela impliquera l’émission de versions tokenisées de ces actifs sur une DLT. Leur caractère fractionné signifie que les tokens seront beaucoup moins chers à l’achat, ce qui pourrait conduire à une augmentation de l’investissement des particuliers et de la liquidité du marché.  

Tout comme il a fallu 25 ans à Internet pour devenir ce qu’il est aujourd’hui, David Durouchoux, Directeur Général Adjoint  de SG FORGE, Société Générale, a déclaré que la DLT et les actifs numériques connaîtront une transition similaire. Alors qu’un nombre croissant d’investisseurs s’intéressent aux actifs numériques, certaines banques comme Société Générale mettent au point des solutions pour les accompagner. En s’appuyant sur les compétences de sa maison mère, SG Forge peut fournir des solutions de structuration d’actifs numériques, d’administration d’actifs numériques et diverses solutions bancaires auxiliaires. M. Durouchoux a déclaré que SG Forge prenait en charge de nombreux actifs numériques : jetons de règlement (CBDC ou stablecoins), utility tokens et versions tokenisées d’obligations, de produits structurés et d’instruments dérivés. Il a ajouté que SG Forge avait déjà participé à une expérience réussie réunissant la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque de France, au cours de laquelle les CBDC avaient été utilisées pour régler des obligations numériques émises par la BEI dans le cadre d’une opération DvP . Si les actifs numériques se développent, cela pourrait créer d’importantes opportunités d’investissement et des gains d’efficacité qui profiteront aux clients. Toutefois, il est essentiel que les investisseurs dialoguent avec des prestataires expérimentés lorsqu’ils négocient des actifs numériques.

Renforcement des marchés locaux

À mesure qu’ils se tournent vers de nouvelles classes d’actifs, de nombreux investisseurs s’exposent de manière croissante aux marchés prometteurs des pays d’Europe centrale et orientale, dont la République TchèqueTomáš Lněnička, Directeur général adjoint du dépositaire central de titres de Prague, a déclaré qu’un certain nombre de réformes positives avaient été mises en œuvre sur le marché tchèque au cours des 18 derniers mois. Plus important encore, M. Lněnička a indiqué que la pandémie avait contraint les acteurs locaux à prendre des mesures permettant d’assurer la tenue d’assemblées générales virtuelles et le vote électronique, pratiques qui sont appelées à se maintenir de manière permanente. En ce qui concerne le DCT, M. Lněnička a poursuivi en indiquant que la nouvelle infrastructure était en cours d’introduction et de test, tandis qu’une nouvelle interface avait été mise en place pour assurer la conformité avec le règlement CSDR (Central Securities Depositories Regulation). 

En ce qui concerne la conformité avec le règlement CSDR et SRD 2 (Directive sur les Droits des Actionnaires 2), M. Lněnička a précisé que le DCT était en contact étroit avec les participants en vue d’une mise en œuvre fluide sans aucune conséquence négative. Néanmoins, les acteurs du marché attendent toujours des éclaircissements sur la question de savoir si la Commission européenne rendra discrétionnaires ou non les exigences de rachat obligatoire pour les défauts de règlement en vertu du régime SDR (Settlement Discipline Regime) du CSDR. En ce qui concerne l’avenir, M. Lněnička a indiqué qu’un certain nombre d’autres initiatives importantes étaient en cours sur le marché intérieur, notamment la promotion de son système de prêt et d’emprunt de titres rendant éligibles les actifs primaires inscrits au DCT de Prague pour les opérations de garantie de la BCE. M. Lněnička a déclaré aux participants du Network Forum qu’il sera possible à l’avenir d’utiliser le système de règlement du DCT de Prague pour les bons du Trésor, permettant ainsi le règlement dans des monnaies autres que la couronne tchèque. Ces améliorations seront essentielles pour attirer les investissements étrangers sur le marché intérieur.

Générer des gains d'efficacité pour les clients

Alors que les clients, y compris ceux du secteur de la gestion d’actifs, sont confrontés à des difficultés et à des pressions croissantes sur les coûts, les dépositaires ont un rôle à jouer pour les aider à contenir la hausse vertigineuse de leurs frais générauxAlexandra Chauvel, Responsable de la transformation digitale client chez SGSS, a souligné que la banque travaillait sur un dispositif d’intégration digitalisé et simplifié pour les fonds. Cela contribuera à rationaliser le processus d’intégration pour les clients gérants de fonds et SGSS elle-même. L’intégration peut se révéler relativement onéreuse pour toutes les parties concernées car elle exige souvent beaucoup de main-d’œuvre et de documentation, notamment dans des domaines tels que la Connaissance du Client (KYC). 

“Nous finalisons actuellement la conception de la solution avec les clients. Nous espérons que l’outil simplifiera le processus d’intégration pour les fonds nouvellement lancés, contribuant ainsi à enrichir l’expérience utilisateur. Nous comptons mettre en service le système dans le courant de l’année 2021 ” , a ajouté Chauvel.

Une fois la solution opérationnelle pour les clients gérants de fonds, Yvan Mirochnikoff, Responsable des Solutions digitales chez SGSS, suggère que l’outil pourrait éventuellement être étendu aux clients dépositaires de la banque. En facilitant le processus d’intégration, SGSS sera en mesure d’aider les clients à réaliser des économies significatives.

Accompagner les clients dans un environnement de négociation difficile 

Les établissements sont confrontés à un certain nombre de défis. Il est essentiel de dialoguer avec des prestataires qui comprennent les marchés locaux, qui sont attentifs à l’évolution du numérique et qui s’efforcent en permanence de proposer des solutions innovantes. En travaillant avec des banques de premier plan, les établissements pourront prospérer pendant cette période difficile. 

Vous avez aimé cet article ?
+1