Le dialogue stratégique entre les acteurs financiers est la clé du développement futur

02/08/2021

Comment les fournisseurs de services titres vont-ils évoluer dans un environnement où les nouveaux modèles économiques se caractérisent par l’innovation, principalement technologique, et la durabilité ? Discussion avec Roberto Pecora, Directeur général de Société Générale Securities Services en Italie.

« Dans le cadre d’un test de résistance réel et non simulé, le secteur a clairement démontré sa résilience, non seulement en continuant à fournir un service de haut niveau sans interruption d’aucune sorte, mais aussi en commençant à transformer le modèle économique à la suite de nombreux changements qui se sont avérés indispensables pour construire l’avenir ».

Roberto Pecora, Directeur général de Société Générale Securities Services en Italie, identifie le rôle central du dialogue stratégique avec les clients comme étant le facteur le plus important pour guider l’évolution de l’univers des prestataires de services de gestion d’actifs et de services titres, dans lequel les nouveaux facteurs apparus avec la pandémie concernent principalement le contenu et l’intensité de ce dialogue.

 

La bonne voie

« La question fondamentale que nous nous sommes posée dès que nous sommes sortis du mode de gestion d’urgence a été la suivante : comment aider nos clients à poursuivre les projets de révision des modèles économiques qu’ils devront inévitablement mettre en place ? », déclare M. Pecora. Une remise en question qui, en premier lieu et de façon plus marquée que pour les autres acteurs du secteur financier, a concerné les partenaires bancaires et les réseaux de distribution, « qui, dans certains cas, ne sont pas parvenus à réagir rapidement au changement de paradigme et ont donc dû envisager immédiatement de nouvelles solutions, également dans le but de profiter au maximum de la reprise des marchés », ajoute-t-il.

Les partenariats jouent en fait un rôle central, ce qui, pour SGSS, ne fait que confirmer le bien-fondé de sa démarche.

« C’est ainsi que nous interprétons notre rôle de prestataire de services de gestion d’actifs et de services titres », explique M. Pecora. « En plus de garantir la résilience, la sécurité et la qualité des outils, nous poursuivons un modèle de service qui accompagne les clients dans des projets stratégiques basés sur leurs besoins, lesquels peuvent être communs au marché ou très spécifiques », affirme-t-il.

La personnalisation est donc un aspect fondamental, même si ce terme ne reflète pas entièrement l’ampleur du développement du modèle économique défini par M. Pecora.

« Lorsque nous engageons un véritable dialogue stratégique, nous mettons ouvertement sur la table nos besoins respectifs mais aussi nos contraintes, et décidons des priorités de manière collaborative. Nous sommes tous confrontés aux mêmes défis, quoique sous des angles différents », déclare M. Pecora. « Suite à la pandémie, l’efficacité, la durabilité, le développement technologique et le développement numérique sont devenus des priorités absolues ».

 

Numérique et ESG par nature

Le changement identifié par M. Pecora interviendra dans le contexte d’un marché en pleine croissance. Selon Société Générale Securities Services, le phénomène de croissance observé ces cinq dernières années dans le secteur de la gestion et de la détention d’actifs en Italie (+5 %, données Assogestioni, Scenari Immobiliari, AIFI) pourrait encore s’accentuer.

« Cela ne signifie pas pour autant que nous ne serons pas confrontés à des défis », explique M. Pecora.

Les pressions sur les marges, les changements législatifs et réglementaires, la révolution numérique et la définition du concept de durabilité dans le domaine financier sont des questions très médiatisées, tant sur le plan commercial que sur celui des valeurs.

« Divers problèmes majeurs affectent la technologie numérique », l’un des deux principaux facteurs de changement à long terme, « l’efficacité interne, la fonctionnalité, le développement commercial, les relations avec les clients. Une force déstabilisante qui influe sur l’ensemble du modèle économique, tant en interne qu’en externe », déclare le Directeur Général de SGSS en Italie.

En outre, selon M. Pecora, le second de ces deux facteurs, la durabilité, ne peut plus être considéré comme une tendance, mais plutôt comme « une force transformatrice qui changera totalement la façon de gérer une activité commerciale ».

« Ces questions sont désormais omniprésentes dans la gestion de l’épargne, tant du côté de la demande que de l’offre, ainsi qu’en interne au sein des entreprises du secteur. En tant que prestataires de services de gestion d’actifs et de services titres, nous sommes totalement alignés sur ces questions ».

 

Vers un établissement financier humain

Grâce à cet alignement, SGSS se positionne en termes de développement commercial sur des entreprises dont la croissance durable figure au cœur de la stratégie, également par le biais de co-investissements. Mais ce n’est pas suffisant :

« Nous devons considérer que la dimension interne revêt la même importance que le développement commercial. De plus en plus, le monde de la finance, mais plus généralement celui de l’entreprise, sera jugé de ce point de vue. La gestion responsable de la dynamique interne est fondamentale. La concurrence ne se fera plus sur les produits et les services, mais aussi sur la durabilité de l’entreprise elle-même ». M. Pecora invite donc les acteurs financiers à élever le niveau de leur mission et de leur vision. « Il n’est pas nécessaire de choisir entre rentabilité de l’entreprise et respect des valeurs. La concurrence en matière de responsabilité et de performance est un défi important, mais qui ouvre également de belles perspectives ».

M. Pecora cite l’exemple d’un projet actuellement en cours au sein de Société Générale Securities Services qui vise à travailler sur des méthodes de recrutement de cadres de plus en plus marquées par un esprit de collégialité.

« Le fait de nous engager dans ces concepts de manière concrète nous permet de confirmer jour après jour le choix du dialogue et du partage comme meilleur moyen de prendre des décisions, tout en respectant les rôles spécifiques au sein de l’entreprise qui ne peuvent manquer d’être présents dans une organisation complexe ».

La diversité est un autre axe spécifique évoqué en conclusion par M. Pecora, axe pour lequel SGSS s’est fixé comme objectif prioritaire une proportion de femmes de 40 % au sein du personnel d’encadrement intermédiaire, en plus du quota de 50 % déjà atteint au sein du conseil d’administration.

Article publié dans Focus Risparmio le 27 juillet 2021.

Vous avez aimé cet article ?
+1