!css

Collaboration et innovation : la voie à suivre à l’heure de la disruption

20/11/2019

Comment les propriétaires d’actifs doivent-ils s’adapter aux nouvelles conditions de marché et quels sont les principaux challenges à relever au cours des prochaines années ?

Fonds de retraite, fonds souverains, fonds de dotation, fondations, fonds communs et assureurs investissent plus d’un quart des actifs financiers mondiaux. Ces propriétaires d’actifs assument par conséquent de lourdes responsabilités financières et sociétales. 

En tant que propriétaire d’actifs, nous faisons le lien entre les marchés financiers, les clients et les diverses parties prenantes (gestionnaires d’actifs, entreprises, intermédiaires, etc.), et visons à garantir une performance financière régulière dans le temps. Chez Allianz France, nous investissons près de 88 milliards EUR pour le compte de plus de 5 millions de clients. Dans le monde, ce sont plus de 670 milliards EUR qu’investit Allianz dans plus de 70 pays pour quelque 90 millions de clients. Notre responsabilité est double : être à la hauteur de la confiance que placent les clients dans nos solutions Vie, et répondre directement de nos actes envers nos autres parties prenantes.  

Aujourd’hui, nous devons relever de nouveaux défis, nous adapter aux nouvelles tendances et répondre à de nouvelles demandes. Premièrement, les préférences des clients évoluent. Ces derniers s’informent de plus en plus sur le processus d’investissement lié à leur assurance. Ils attendent en outre une conduite responsable de notre part, non seulement dans la souscription, mais également dans la sélection et la gestion des actifs. Deuxièmement, l’environnement de taux négatifs pèse sur la réalisation des garanties d’investissement à long terme. Enfin, bien que la digitalisation offre de nouvelles solutions d’investissement, elle ouvre également la porte à de nouveaux concurrents. 

Comment les propriétaires d’actifs peuvent-ils s’adapter à ces nouvelles conditions de marché ? Quels défis devrons-nous relever dans les années à venir ? 

Les professionnels de la finance doivent repenser les modèles économiques traditionnels 

Ces douze derniers mois, le taux de dépôt de la BCE et les rendements des emprunts d’État des principales économies sont restés ancrés en territoire négatif. Parallèlement, l’inversion de la courbe des taux des bons du Trésor américain accroît les doutes quant aux futures conditions de marché. Dans un contexte de hausse de la volatilité, d’inflation toujours inférieure aux taux cibles et de ralentissement de la croissance mondiale, nos perspectives d’investissement deviennent de plus en plus tendues

Les taux durablement bas ou négatifs amputent sérieusement la performance à long terme des investisseurs et, selon le profil des engagements, peuvent menacer leur stabilité. Ces conditions limitent les rendements des placements de nos clients

À court terme, les propriétaires d’actifs disposent de systèmes pour se prémunir contre l’érosion de la performance et la baisse des rendements réinvestis. Certaines mesures consistent à investir dans des produits à plus haut rendement, tels que les obligations d’entreprise, les actifs émergents et les actifs illiquides (placements alternatifs, immobilier). En conséquence, en 2018, les levées de fonds sur les marchés privés ont atteint le montant record de 5  000 milliards USD1. Forts de l’envergure internationale d’Allianz, nous avons consolidé le sourcing mondial grâce à des normes communes et des méthodes d’application rigoureuses visant à renforcer notre positionnement sur les actifs illiquides, décisifs dans la mise en œuvre de nos principes, à savoir l’innovation et la diversification. 

À long terme, en tant que propriétaires d’actifs responsables, nous devons toutefois repenser nos modèles économiques afin de continuer à générer des rendements positifs pour nos clients. 

Les propriétaires d’actifs devraient profiter de cette opportunité pour renforcer la collaboration et bâtir des écosystèmes plus solides et plus innovants

Renforcer les partenariats avec les gestionnaires d’actifs, le milieu universitaire et les dirigeants politiques nous permettra de concevoir des produits adaptés à l’environnement de marché. Dans le secteur de l’assurance, par exemple, on observe l’émergence de nouveaux produits en unités de compte dans le métier Vie, ainsi que de services complémentaires dans le métier IARD. En s’appuyant  sur l’expertise de ses partenaires, Allianz France a récemment lancé, avec Allianz Global Investors, « Allianz Néo ISR 2019 », un fonds complexe en unités de compte. Autre exemple : le « Private Value Fund », un fonds en unités de compte créé en collaboration avec Idinvest Partners, axé sur le private equity et la dette privée. Du côté de l’IARD, Allianz France développe des services « péri-assurantiels ». En collaboration avec le réseau Cartaplac, les agents Allianz peuvent désormais traiter les demandes de carte grise pour les véhicules des clients et lancer les démarches administratives correspondantes. 

De telles offres innovantes voient le jour grâce aux « écosystèmes » d’Allianz France, dans lesquels de nouvelles méthodes de travail regroupant les talents de différentes équipes en « brigades » dédiées sont mises en œuvre afin de mieux comprendre les futurs besoins des clients. Ces méthodes exigent de nouvelles compétences en management, telles que des méthodologies agiles, et permettent de concevoir des produits de manière plus efficace

L’intelligence artificielle réduit le temps nécessaire au traitement de grands volumes de données : en testant des solutions de machine learning dans la gestion actif-passif, la construction de portefeuille, l’allocation d’actifs, ainsi qu’en matière de finance et de contrôle de gestion, les propriétaires d’actifs peuvent trouver des solutions efficaces pour améliorer la performance à long terme

Conjuguée aux compétences humaines, la digitalisation accroît l’efficacité d’un bout à l’autre de la chaîne de valeur. Elle peut par exemple réduire les biais dans la prise de décisions ou améliorer la gouvernance via des processus basés sur des règles. Parallèlement, l’automatisation intelligente accomplit les tâches routinières en optimisant au cas par cas les processus quotidiens. 

Les propriétaires d’actifs devraient profiter de cette opportunité pour renforcer la collaboration et bâtir des écosystèmes plus solides et plus innovants

En France, environ deux tiers des clients s’intéressent aux solutions d’investissement durable2. À l’échelle mondiale, le développement durable figure parmi les principales préoccupations des Millennials3. Dans le même temps, l’investissement durable offre de nouvelles opportunités de diversification. Les Nations Unies évaluent les besoins de financement à 6 000 milliards USD4 dans le monde afin de remplir les 17 Objectifs de développement durable. L’UE s’est engagée à atteindre ses ambitions climatiques et énergétiques d’ici 2030, ce qui nécessiterait d’investir près de 270 milliards EUR5. Bien faire en faisant du bien : telle est la promesse de l’investissement durable pour les propriétaires d’actifs. Bien faire : Allianz France investit 3,5 milliards EUR dans des actifs verts6. Faire du bien : l’intérêt croissant pour le développement durable a déjà commencé à transformer l’approche traditionnelle du rendement par rapport au risque. Aujourd’hui, les investisseurs conçoivent des méthodes d’évaluation plus sophistiquées pour intégrer les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Investir dans des entreprises et des projets durables pourrait devenir une source de surperformance sur le long terme. De fait, le rendement cumulé de l’indice MSCI KLD 400 Social depuis 1990 surperforme le S&P 5007. En tant qu’investisseurs de long terme, les propriétaires d’actifs bénéficieront de l’atténuation des risques climatiques.

L’objectif est d’atteindre une masse critique d’investisseurs durables et de sensibiliser sur ces enjeux. Intimement convaincu de l’utilité de ce changement, le groupe Allianz fait partie – et a appuyé le lancement – de l’initiative « Net-Zero Asset Owner Alliance », soutenue par l’ONU, aux côtés de 11 propriétaires d’actifs. Tous les membres se sont engagés à atteindre la neutralité carbone de leurs portefeuilles d’ici 2050. L’Asset Owner Alliance est également nécessaire en tant que voix commune pour partager les connaissances et développer une méthodologie et une vision claire à long terme. La collaboration interne et externe est fondamentale dans ce contexte. Les équipes de gestion doivent continuer à développer des réseaux non seulement au sein de leur entreprise, mais également hors de leur cercle immédiat. En établissant des cadres clairs, la réglementation peut donner de l’élan à l’investissement durable. Nous devons démontrer aux régulateurs notre capacité à collaborer dans ce domaine pour susciter l’adhésion à cette démarche et trouver des solutions communes. Dans la lutte contre le changement climatique, nous devons renforcer et multiplier les réseaux, tout en poursuivant le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes. Enfin, les propriétaires d’actifs doivent voir dans cet environnement macroéconomique difficile l’opportunité de réinventer leurs modèles économiques et de prendre l’initiative sur les grands enjeux de notre planète. En s’appuyant sur l’innovation, tant en termes de produits que de processus, pour mieux répondre aux besoins des clients, les propriétaires d’actifs maintiendront la confiance des consommateurs à son niveau le plus fort, favoriseront l’émergence d’idées novatrices et attireront les talents.

 

(1) McKinsey Global Private Markets Review 2019, www.mckinsey. com/~/media/McKinsey/Industries/Private%20Equity%20and%20 Principal%20Investors/Our%20Insights/Private%20markets%20come%20 of%20age/Private-markets-come-of-age-McKinsey-Global-Private-Markets- Review-2019-vF.ashx, last access: 11/10/19. 08 
(2) Vigeo Eiris, vigeo-eiris.com/fr/linteret-des-francais-pour-la-financeresponsable- se-confirme-resultats-de-la-10eme-enquete-ifop-pour-vigeoeiris- et-le-fir/, last access: 11/10/19.
(3) Deloitte, www2.deloitte.com global/en/pages/about-deloitte/articles/millennialsurvey.html, last access: 11/10/19.
(4) United Nations Environment Programme Finance Initiative, www.unepfi.org/wordpress/wp-content/uploads/2018/11/ Rethinking-Impact-to-Finance-the-SDGs.pdf, last access: 11/10/2019.
(5) European Commission, ec.europa.eu/info/sites/info/files/180308- action-plan-sustainable-growth-factsheet_en.pdf, last access: 11/10/2019. 
(6) Allianz France – AIM Paris, www.allianz.fr/v_1562148255480/quiest- allianz/allianz-s-engage/media/Allianz_France_-_AIM_Sustainable_ Investment_Report_2018.pdf, last access: 11/10/19.
(7) Allianz Global Investors, “ESG: Awareness Leads to Assets”, last access: 11/10/19.  

Matthias SEEWALD
CIO - Allianz France

Matthias Seewald is Chief Investment Officer and member of the Executive Committee of Allianz France, and also member of the Investment Management Board of AIM SE since April 2013. He is also responsible for the investment activities of the Paris Hub, which includes AZ Partners and Allianz Benelux. He manages the investment strategy, including all aspects of ESG-compliant investing, for both the Life/Health as well as the Property/Casualty segments of Allianz France. Matthias also oversees the Asset-Liabilities-Management and the Cash Management functions; thus AIM builds the bridge between the insurance and the investment world. As of Q2 2019, Allianz France‘s portfolio including unit linked assets represents about €110 billion. Matthias Seewald has more than 25 years of experience in the areas of finance and investment management, including accounting, financial reporting and controlling, and worked in several different locations
for AZ Group such as Stuttgart, Munich, Singapore and Paris.

Discover the best of video with the highlights of the 2019 European Investor Summit held in Paris
Vous avez aimé cet article ?
+1
0