!css

Agilité et focus sont nécessaires à la réussite d’un gérant d'actifs indépendant

26/05/2020

Le secteur de la gestion d'actifs s'est beaucoup professionnalisé ces dernières années sous l'effet combiné de la croissance des actifs sous gestion, de la réglementation et des bouleversements technologiques.

Chez Carmignac, nous avons pour mission d'offrir aux investisseurs européens le meilleur des stratégies d'investissement actives et alternatives pour les aider à réaliser leurs projets à long terme. Cette ambition nous a menés très tôt à évaluer notre organisation et à nous concentrer sur nos capacités fondamentales, celles qui nous permettent de nous différencier et d'apporter la plus grande valeur ajoutée à nos clients. Plutôt que de privilégier l'envergure, nous avons toujours préféré adopter une approche de type « boutique » et rechercher l'excellence dans un nombre limité de stratégies d'investissement. Pour remplir ces objectifs, nous avons été sélectifs dans l'élaboration de nouvelles stratégies d'investissement ou de moteurs de performance supplémentaires. Nous sommes continuellement en quête des meilleurs talents. Notre valeur ajoutée réside dans diverses compétences telles que l'analyse macroéconomique mondiale, la sélection d'actions et d'obligations, la construction de portefeuilles et la gestion des risques.

Bien évidemment, cette attention accordée aux activités dans lesquelles nous pouvons optimiser la chaîne de valeur ne peut se faire au détriment de nos autres domaines d'activité. La solidité d'une chaîne repose sur le plus faible de ses maillons. C'est pourquoi la gestion de la délégation et de l'externalisation est elle aussi un élément stratégique.

Le secteur de la gestion d'actifs s'est beaucoup professionnalisé ces dernières années sous l'effet combiné de la croissance des actifs sous gestion, de la réglementation et des bouleversements technologiques. Cette évolution a un impact inflationniste sur l'intensité capitalistique nécessaire à nos activités quotidiennes. La quête de l'excellence étant profondément ancrée dans la culture de Carmignac, il nous est apparu évident que nous devions faire des choix.

À la lueur de ces observations, lors de la création de la société, la décision a été prise d'externaliser nos activités de back-office et de nouer des partenariats avec les principaux prestataires de services financiers pour la gestion de notre gamme de fonds communs de placement et de notre activité Clientèle privée. Cette solution s'est révélée efficace et évolutive, nous offrant une certaine souplesse à mesure que nos activités se développaient. À partir de 2008, notre encours sous gestion en provenance de différents pays européens dans lesquels nous avions établi notre propre réseau de distribution a considérablement augmenté. Pour faire face à cette croissance et à ses répercussions, nous avons évidemment dû trouver des solutions dans la plupart de nos domaines d'activités quotidiennes.

Alors que le cadre réglementaire ne cessait d'être renforcé, nous avons dû investir massivement dans les infrastructures technologiques pour adapter nos processus. Encouragés par le succès de l'externalisation de nos activités de back-office, nous avons examiné la possibilité d'externaliser la plupart de nos activités de middle-office, y compris la gestion des transactions, le maintien des positions, la gestion des opérations de gré à gré et celle des garanties, nous permettant ainsi de nous concentrer sur notre réelle valeur ajoutée et de profiter des services de grands prestataires extérieurs. Ces prestataires ont l'envergure nécessaire pour répondre à toutes les évolutions que connaissent les marchés, y compris sur le plan réglementaire, et nous permettent de bénéficier des meilleures pratiques de marché tout en gérant efficacement notre base de coûts. En tant que gestionnaire d'actifs indépendant, nous ne sommes pas limités par de quelconques politiques de groupe. Nous choisissons et mandatons le prestataire de services que nous estimons être le meilleur.

Nous nous fixons bien entendu des règles impérieuses selon lesquelles la qualité du service ne doit jamais être compromise, tout en gardant toujours à l'esprit l'efficacité de notre organisation et de notre modèle économique. Nous avons également dû nous garder d'exiger de nos fournisseurs qu'ils gèrent tous les processus spécifiques qui avaient été mis en place pour des motifs que la plupart d'entre nous ont oubliés. Pour réellement tirer parti de l'externalisation de vos activités auprès des meilleurs partenaires, il est indispensable de renoncer au passé et de considérer que le prestataire choisi est celui qui propose les meilleurs processus opérationnels.

C'est pourquoi l'externalisation n'est jamais un choix par défaut. Elle nécessite un engagement total de la part des équipes chargées de sélectionner les meilleurs partenaires de leur catégorie. Cet engagement va de la formulation du besoin actuel et de l'anticipation de son évolution à la création des conditions nécessaires à une collaboration fructueuse, en passant par le soutien du partenaire dans la compréhension des spécificités de chaque organisation. Le partenaire doit devenir à la fois un prolongement naturel et transparent du gestionnaire d'actifs et une source d'amélioration.

Cela étant, permettez-moi de reformuler un vieux dicton russe : « Faire confiance c'est bien, mais contrôler c'est mieux ». Pour notre personnel de middle-office, dont les effectifs sont restés faibles au fil du temps, l'externalisation des tâches opérationnelles a nécessité la réorientation de ses activités quotidiennes vers deux tâches principales : la supervision et le contrôle de nos partenaires d'externalisation et le soutien de nos équipes de gestion de fonds. Toutes les activités de contrôle sont donc restées en interne car nous tenons à conserver la responsabilité de la qualité des prestations que nous proposons à nos clients. Chez Carmignac, nous pensons que le maintien d'un contact direct avec nos clients est un impératif permanent dans les relations avec nos partenaires.

Cette organisation a montré sa pertinence et sa capacité d'évolution, nous permettant de mettre en œuvre avec succès notre stratégie produits au travers du développement de notre gamme de fonds et de notre périmètre d'investissement. Nous gérons aujourd'hui 21 stratégies d'investissement dans l'ensemble des classes d'actifs. Cette organisation nous a par exemple permis de lancer, en 2019, une gamme ciblée de fonds domiciliés au Royaume-Uni (Société d'Investissement à Capital Variable, SICAV) destinés aux investisseurs britanniques et dotés du niveau de flexibilité et de ressources nécessaire.

Avec le recul, on constate que le fait de sélectionner les bons prestataires et de les considérer comme de réels partenaires commerciaux pour l'externalisation de nos activités de back-office et de middle-office opérationnel est une stratégie payante qui nous permet de nous différencier.

 

CHRISTOPHE PERONIN
Directeur Général délégué
Carmignac

Après avoir obtenu en 2001 un diplôme d'ingénieur de Telecom Paris et un master de mathématiques et finance de l'université de Jussieu à Paris, Christophe Peronin débute sa carrière chez Sophis. En 2004, il rejoint le service de gestion des investissements structurés et alternatifs d'AXA IM, avant d'être nommé Responsable mondial des solutions informatiques pour les produits de taux. En 2010, il intègre Carmignac pour créer l'équipe de gestion du changement. En 2014, il est nommé Directeur des opérations, puis Directeur général délégué en 2018.

 

Vous avez aimé cet article ?
+1
0