!css

Enquête SGSS - Les orientations stratégiques dans la gestion d'actif - Conclusion

31/10/2018

En conclusion, trois idées clés ont émergé de cette enquête visant à identifier les principales tendances qui façonneront le paysage buy-side en 2025 :

Premièrement, les grands acteurs sont bien placés pour tirer parti des principales évolutions, et continueront à gagner des parts de marché grâce à des fusions, des acquisitions, à la concurrence sur les commissions et à leur capacité d’investissement dans de nouvelles stratégies ainsi que dans de nouvelles catégories d’actifs. Par conséquent, les temps vont devenir de plus en plus difficiles pour les généralistes de taille moyenne.

Deuxièmement, la taille n’est pas le seul moteur de ce nouvel environnement, et il apparaît clairement que la capacité à exploiter les nouvelles technologies et à mettre en avant une expertise hautement spécialisée est un facteur clé de réussite. À cet égard, les experts de la gestion de données, les promoteurs des robots-conseillers et les spécialistes de l’expérience utilisateur ont clairement un rôle à jouer ; c’est aussi le cas de la gestion de conviction, c’est-à-dire des sociétés de gestion ayant de solides modèles commerciaux mettant en avant des propositions de valeur fortes.

Enfin, tous les répondants ont insisté sur la question de la connaissance des clients. En construisant de grandes bases de données sur les clients, il est possible de découvrir des modèles et de prévoir leur comportement. Parallèlement, grâce aux plateformes en ligne, les clients peuvent rechercher plus facilement des produits ainsi que comparer et apprendre des autres clients et fournisseurs. Ces plateformes permettent également de lever les barrières entre les gestionnaires d’investissements et les clients, notamment les clients retail, rendant ainsi possibles le marketing de masse mais également l’établissement de relations personnalisées avec les investisseurs.

En tout état de cause, il est probable que personne n’a encore découvert la solution définitive qui garantirait un développement commercial réussi dans ce contexte hautement exigeant et en constante évolution. Néanmoins, il ne fait nul doute que nous disposons, ensemble, des clés de la réussite. Par ailleurs, il est essentiel de choisir les partenaires adéquats qui aideront à prendre les bonnes décisions et à les mettre en œuvre.

 84% des répondants considèrent que le numérique et les nouvelles technologies jouent un rôle essentiel dans leurs stratégies commerciales. Néanmoins, il est à noter que peu d’entre eux ont déjà une vision claire des conséquences sur leur activité et n’ont donc pas d’idée précise de la feuille de route à mettre en œuvre ;
 De même, ils mettent un fort accent (82%) sur la pression réglementaire qui a touché leur entreprise au cours des dix dernières années et ils ont encore besoin d’investissements et de ressources supplémentaires et, par conséquent, du soutien de leurs partenaires.

Par contre, le Brexit ne leur pose pas de problème particulier. Cela ne signifie pas qu’ils pensent que rien ne changera, mais plutôt qu’ils estiment être en mesure de s’adapter !

Étant donné ces défis, les orientations commerciales définies par notre panel témoignent de la détermination des acteurs à modifier leurs stratégies et à profiter de toutes les opportunités du marché.

 20% des sociétés de gestion ont indiqué qu’ils allaient renforcer ou lancer une stratégie de distribution retail;
 42% des personnes interrogées souhaitent diversifier leurs investissements, et privilégient les investissements passifs, les actifs peu liquides comme les prêts avant même les Private Equity et le Real Estate (PE/RE);
 La généralisation de l’investissement responsable, ESG et Climat, se confirme : 39% des personnes interrogées ont indiqué qu’il s’agissait d’un élément clé de leur stratégie de gestion.

Les enjeux de rentabilité ne sont pas négligés et, à ce sujet, deux tendances se dessinent clairement :

 Les sociétés de gestion voient la consolidation du marché comme un élément-clé des évolutions actuelles : 42% l'’ont évoquée – le segment des sociétés de gestion de taille moyenne étant sans surprise le plus concerné.

 Enfin, 64% des répondants approuvent l’externalisation des fonctions opérationnelles et placent le middle office ou le reporting réglementaire en haut de la liste des activités à externaliser.

Télécharger le magazine Long View

formulaire TLV
Vous avez aimé cet article ?
+1
0