!css

Enquête SGSS - Les orientations stratégiques dans la gestion d'actif - Partie 2

15/10/2018

Contexte global

Un environnement hautement exigeant pour les établissements buy-side

The buy-side industry environment in Europe has been facing in-depth changes that are substantially challenging existing business models and will reshape the market in the coming years.

Respondents highlighted 3 structural components of their global environment that are impacting their development strategy:

  • The regulatory burden is considered as the most challenging by all the interviewees.
  • Low interest rates are also making things difficult.
  • Fee pressure, notably due to passive investment’s aggressive fee policy, is becoming a highly sensitive issue for traditional asset management.

On the other hand, it is worth noting – especially at the time we performed the interviews that were completed in early 2018 – that Brexit did not seem to be a concern for our sample.

 

Principaux moteurs de la transformation du marché pour l’ensemble du panel

Pression réglementaire

Une épreuve de vérité pour les modèles commerciaux et pour la rentabilité

La réglementation est comme le réchauffement climatique et les gestionnaires d’actifs sont comme les ours polaires sur la banquise qui voient leur milieu naturel disparaitre.

La quasi-totalité des répondants a indiqué que les réglementations allaient changer la donne, notamment parce qu’elles entraînent des hausses des coûts sensibles, d’après 62 % d’entre eux.

Les sociétés de gestion sont les plus touchés par les coûts liés à l’adaptation à un cadre réglementaire en rapide évolution. C’est d’autant plus vrai pour les établissements de plus petite taille. La directive MiFID II est considérée comme la plus déstabilisante par 63 % des professionnels interrogés, car elle met en péril le modèle de distribution, la tarification et les structures de coûts.

Les investisseurs institutionnels ont également Indiqué que les réglementations nationales avaient des conséquences directes sur leurs stratégies d’investissement ou bien pouvaient aller jusqu’à remettre sérieusement en cause leur finalité même. 41 % d’entre eux ont mis ce problème en avant.

En outre, 50 % des acteurs suisses interrogés ont évoqué la double incidence liée à la superposition de la législation européenne à la législation locale – ce qui n’est pas sans répercussions sur l’équité des conditions de concurrence.

Faiblesse des taux d’intérêt

Faible visibilité

Les taux d’intérêt faibles pénalisent les résultats d’investissement et engendrent une pression sur les coûts.

Concurrence sur les commissions

Les commissions de gestion passive vont-elles se généraliser ?

La gestion passive prend le pas sur la gestion active.

En réponse à ce problème lié à la différence entre frais de gestion passive et frais de gestion active, les sociétés de gestion ont déployé différentes stratégies : certains grandes sociétés de gestion ont développé simultanément une gamme de fonds passifs et une gamme de fonds actifs tandis que d’autres ont seulement développé une approche multi-boutique. Les sociétés de gestion de moyenne et petite taille tentent de différencier leur gestion active en se spécialisant davantage ou bien en développant une nouvelle spécialité de gestion proche de leur franchise. Les entreprises de taille moyenne essayent d’expliquer qu’il ne faut pas confondre gestion active benchmarkée et gestion passive.
Les « autres » raisons citées concernant la pression sur les commissions concernent principalement : les rabais sur les commissions offerts par les grands sociétés de gestion afin de gagner des parts de marché – face auxquels les entreprises de taille moyenne ne peuvent pas faire grand-chose, à part faire valoir leur niveau d’expertise et leur spécialisation – et la pression importante exercée par les investisseurs institutionnels sur les commissions – que certaines sociétés de gestion essayent d’atténuer en favorisant le développement de leur base d’investisseurs retail.
Enfin, certains grands sociétés de gestion traitent le problème en s’orientant vers une structure de commissions liées à la performance, c’est-à-dire de faibles commissions fixes et primes selon la performance

D’un côté, les investisseurs institutionnels et les acteurs du Private Equity/Real Estate n’évoquent tout simplement pas les commissions. De fait, deux compagnies d’assurance ont indiqué qu’elles allaient mettre en place ou développer leur propre unité de gestion d’actifs afin de comparer les performances et les commissions de leurs sociétés de gestion externes.

De l’autre, plus de la moitié des sociétés de gestion ont mentionné la pression sur les commissions. La principale raison invoquée (à 46 %) est la comparaison entre gestion active et gestion passive – dont les commissions sont nettement inférieures.

Le Brexit

Finalement, il ne changera pas la donne !

Le Brexit n’est pas un changement fondamental. Les changements auront une incidence sur les modèles commerciaux d’ici cinq ans.

* Nécessité de s’adapter

 

À court terme, le BREXIT ne pose pas de problème particulier aux sociétés de gestion et pourrait même représenter une opportunité pour certains professionnels situés en Suisse ou pour les établissements de plus grande taille. Les grandes entreprises touchées par la question ont commencé à mettre en place un programme d’adaptation.

Le BREXIT ne semble pas avoir d’incidence sur les investisseurs institutionnels. Tous les répondants ont déclaré qu’ils n’étaient pas inquiets.

Par contre, les acteurs du Private Equity/Real Estate ont beaucoup parlé du BREXIT. D’après eux, Londres restera le lieu privilégié de rencontre avec les investisseurs, notamment pour les LBO et les grandes capitalisations. Cependant, ils considèrent que les capitaux britanniques sont trop exposés au secteur financier. Le Brexit pourrait donc augmenter les flux vers le continent, notamment pour des opérations sur les petites et moyennes capitalisations. Cela pourrait provoquer une concurrence accrue quant à la valorisation des actifs sur le marché continental.

Vous avez aimé cet article ?
+1
0