!css

Bienvenue dans le magazine Outsourcing de SGSS

14/04/2020

Ce magazine met en lumière un sujet au cœur des préoccupations des acteurs de la finance : l’outsourcing. Dans ce numéro, nous étudierons à travers l’œil d’experts, les enjeux, mais aussi les contraintes et les réticences vis-à-vis de l’outsourcing, ses opportunités et également les nouvelles formes de coopération dans l’Industrie qui émergent.

L’outsourcingdevient aujourd’hui une tendance naturelle, voire une nécessité que l’on peut observer dans toutes les industries à un certain niveau de maturité.

Tout d’abord pour une question évidente de maîtrise des coûts :  dans nos métiers soumis aux évolutions réglementaires, aux risques de fraude, de cyberattaque, les investissements nécessaires sont très importants, et permanents. Dès lors, la notion de taille critique est une contrainte qui s’impose à tous les acteurs. Notamment au prestataire bancaire, qui va devoir faire évoluer son offre, la digitaliser, répondre aux exigences réglementaires et sécuriser son système d’information et faire bénéficier ses clients de ces investissements mutualisés.

L'Outsourcing permet aussi de se recentrer, d’allouer l’ensemble de ses efforts et ressources rares sur son cœur de métier et par conséquent de créer plus de valeur ajoutée et différenciante pour conquérir de nouvelles parts de marché. Malgré la tendance et l’engouement du marché pour cette pratique, certains acteurs décident ne pas d’outsourcer. Quels sont leurs arguments ? Si l’on veut traiter pleinement le sujet de l’outsourcing il convient d’évoquer la question du contrôle et notamment de la donnée et de ne pas ignorer les difficultés qui accompagnent ces évolutions d’organisations, telles que la perte de maîtrise, de souplesse et de réactivité.

En outre, il ne faut pas oublier non plus qu’outsourcer c’est également apprendre à renoncer et accepter de standardiser pour bénéficier à plein de l’effet d’échelle. Alors comment faire face à ces défis ? Par l’évolution des indispensables process de contrôle, mais également grace a de nombreuses réponses innovantes, parfois par de nouveaux acteurs, par de nouvelles méthodes d’outsourcing associées à de nouveaux modèles d’offres.  Au-delà des formes traditionnelles de sous-traitance via de la délégation, d’autres initiatives de coopération apparaissent : une collaboration ou un partenariat entre plusieurs acteurs qui combinent leurs forces pour faire évoluer les pratiques de marché donnant des exemples d’intelligence et de développement collectif. L’émergence des nouvelles technologies telles que les APIs facilitent ces collaborations entre acteurs. Garder une architecture ouverte permet de garantir la flexibilité indispensable à ces nouvelles combinaisons : connexion avec plusieurs prestataires, développements internes versus utilisation de progiciels, intégration de données externes dans son système d’informatique.

Nous avons souhaité dans ce magazine, donner la parole à ceux qui contribuent à l’innovation à travers l’œil des FinTechs apportant toute la fraîcheur de leur jeunesse mais aussi aux acteurs d’expérience établis tels que SGSS. Un retour d’expérience sur l’offre front-to-back CrossWise est ainsi discuté a la fin de ce magazine et illustre les opportunités de l’intégration de services dans l’outsourcing.

Au total, c’est un vaste panorama des opinions et des possibilités de tirer parti de solutions d’outsourcing et de partenariats qui est dessiné dans ce magazine. Je suis certaine qu’il évoquera au lecteur une expérience, une opportunité de rationaliser son organisation ou simplement une ouverture sur ces tendances de l’outsourcing.

En ces temps difficiles, je remercie chaleureusement tous les contributeurs de ce magazine qui ont œuvré à sa rédaction et accepté de partager leur expertise. Son contenu a été créé avant la crise du Covid-19 et ne traite donc pas de ses conséquences potentielles à la fois sur l'externalisation et, plus généralement, sur le secteur de l’investissement. Nous sommes conscients que cet événement aura un impact majeur sur le monde de la finance et c'est un sujet que nous ne manquerons pas d'aborder dans nos futures publications. J'espère que vous prendrez autant de plaisir à lire ce magazine que nous en avons eu à le réaliser.

 

Mathilde GUERIN
Directeur du Programme  de Transformation  et des Technologies

Mathilde Guérin a débuté sa carrière chez Société Générale en 1991 et a exercé différentes fonctions au sein de la banque d’investissement et du service Conservation où elle a pris en charge la gestion des études transversales ainsi que la coordination de projets. Elle a ainsi participé à l’analyse de tous les aspects informatiques et opérationnels de l’acquisition par SGSS du métier titres d'UniCredit en 2005. Elle a ensuite été nommée responsable du projet de migration des fonds luxembourgeois de Pioneer Asset Management. En 2008, Mathilde Guérin devient responsable international de la relation avec Pioneer Asset Management avant d’être nommée Responsable du réseau de sous-dépositaires en 2011. Depuis fin 2016, Mathilde était responsable de l’équipe d’ingénierie Produit en charge du développement de l’offre de SGSS. Mathilde Guérin est diplômée de l’Ecole des Mines de Saint-Etienne.

 

​​​​​​​

Vous avez aimé cet article ?
+1
0