Le Luxembourg : un lieu de prédilection des FIA ?

En mai 2017, 235 gestionnaires de FIA étaient agréés par l’organisme de réglementation national (la CSSF : la Commission de Surveillance du Secteur Financier), et 610 gestionnaires de FIA  étaient enregistrés auprès de la CSSF.

Quels sont les points forts du secteur des FIA au Luxembourg ?

[Translate to Français:] Daniela Klasen Martin, Managing Director and Country Head of Crestbridge nous donne sa vision des avantages du secteur des FIA au Luxembourg.

D’une manière générale, quelle est la stratégie de vos clients gestionnaires d’actifs en termes de FIA au Luxembourg ?
Depuis 2013, les gestionnaires d’actifs ont tendance à utiliser autant que possible le passeport des gestionnaires de FIA, que ce soit par l’intermédiaire d'une société de gestion au Luxembourg et/ou en créant un FIA basé au Luxembourg.

Toutefois, ces sociétés de gestion luxembourgeoise doivent avoir une raison réelle et substantielle d'opérer dans le pays, c’est-à-dire qu’elles doivent exercer des activités de gestion des risques ou de gestion de portefeuille.

Créer sa propre entité de gestion de FIA représente un investissement considérable en temps et en ressources. C’est pour cette raison que la plupart des gestionnaires d’actifs de petite ou moyenne taille préfèrent passer par une société tierce basée au Luxembourg, ce qui représente une alternative intéressante et économique. En outre, cela facilite la discussion avec l’organisme de réglementation luxembourgeois.

La société de gestion possède la licence de gestionnaire de FIA et peut aider à accélérer la procédure d’agrément du fonds.

11 %
Actifs FIA au Luxembourg - taux de croissance annuel 2006-2016 *

Enquête effectuée auprès de 120 professionnels des marchés financiers du Luxembourg, réalisée en novembre 2016 par le service marketing de SGSS.

Comment le Luxembourg peut-il l’emporter sur le marché européen des FIA ?

Le Luxembourg possède de nombreuses années d’expérience dans l’administration des OPCVM, ce qui peut constituer un véritable atout si nous voulons développer la Marque FIA.

L’expertise et le savoir-faire du Luxembourg sont incontestablement reconnus dans l'univers de la gestion de fonds et se sont même renforcés depuis l’introduction des gestionnaires de FIA comme cadre juridique privilégié de la gestion des actifs alternatifs/réels.

Pourquoi avez-vous décidé de créer une société de gestion au Luxembourg ?

Nous avons créé notre société de gestion au début de l’année 2011 avec une licence OPCVM. Toutefois, à ce moment-là, notre objectif était déjà d’être l’un des premiers gestionnaires de FIA au Luxembourg. En effet, nous avons vu dès le début l’opportunité de transposer le modèle des OPCVM que nous connaissons bien à la gestion des FIA, en particulier grâce à l’expertise de notre Groupe dans le domaine des actifs réels. Le Luxembourg était la juridiction qui s'imposait, étant donné sa réputation et ses antécédents en tant que juridiction de premier plan pour les fonds en Europe.

Le FIAR est-il la solution attendue ?

Le FIAR est un ajout utile dans la « boîte à outils » des produits luxembourgeois. Le temps de mise sur le marché est un élément essentiel pour les gestionnaires d’actifs lorsqu’ils choisissent une juridiction. Étant donné que le FIAR ne nécessite aucun agrément de la CSSF, la procédure est maintenant plus rapide et attractive pour les gestionnaires ne ressortissant pas de l’UE et désireux d’utiliser le passeport de gestionnaire de FIA afin d’entrer sur le marché de l’UE. Cela augmente l’attrait du Luxembourg en tant que juridiction de prédilection, à même de concurrencer les autres véhicules non réglementés ou fonds offshore. 

Vous avez aimé cet article ?
+1